Baniere ploeger copie

L'espace réservé aux Récolteuses agricoles

Conseils et astuces

Préambulle

Dans cette section je vais vous donner quelques conseils et astuces afin de vous lancer vous aussi dans la réalisation de modèle réduit.

A force de discuter régulièrement avec des personnes voulant se lancer elles aussi dans la modélisation j'ai remarqué que les mêmes questions revenaient souvent, les mêmes craintes et bien sûr les mêmes objectifs. 

Entendez bien que je ne suis pas le "meilleur" dans ce domaine, très loin de là; juste un petit passionné qui fait du mieux qu'il peut et qui va vous donner quelques conseils. Je n'ai pas non plus la prétention de tout savoir, je vous parlerais donc uniquement de ce que je connais. J'aisseierais d'être objectif et constructif, n'hésitez pas à me poser toutes vos questions; il n'y a pas de bête questions !!

 

Bonne lecture !

 

Le choix du modèle

Le choix du modèle est le point de départ de votre projet. Bien entendu il est motivé par une envie que vous avez de reproduire telle ou telle machine mais il y a d'autres facteurs à prendre en compte. Nous allons les passer en revue.

 

1. Votre envie:

C'est la base de votre choix. Il faut bien sûr choisir un modèle qui vous plait; travailler sur quelque chose qui ne vous plait pas ne sera pas motivant, vous risquez alors un travail baclé et plus pénible qu'autre chose. Et à quoi bon passer des heures sur quelque chose qui n'a que peut d'intérêt pour vous?

 

2. La faisabilité technique:

Votre choix fait, il faut ensuite se pencher sur la faisabilité technique. Une presse Welger Rp 245, par exemple, est un modèle qui vous tente? C'est un beau projet mais regardez la forme complexe des capots; serez vous en mesure de la reproduire en deux exemplaires symétriques?

 

Les limites techniques d'une personne ne seront pas celles de son voisin, aussi il faut bien annalyser ses capacités.

 

3. La complexité du modèle:

La complexité est un peu le parallèle à la faisabilité technique. Une machine peut etre facilement faisable techniquement mais cruellement complexe de par le nombre de pièces par exemple. Prenons le cas d'une Agrifac Hexa par exemple: c'est une machine qui est techniquement facile à réaliser puisque les composants sont des formes simples mais qui est extrêmement complexe du fait du nombre immense de pièces à réaliser. Il faut que chaque pièce soit en harmonie avec ses voisines et forcément plus il y a de pièce plus c'est un casse tête.

 

4.Les fonctionalités que vous désirez:

Ne nous voilons pas la face, nous souhaitons tous avoir un modèle le plus fidèle possible; une moissonneuse qui, lorsqu'on tournerait la clef, démarerait et moissonnerait un champ lui aussi en miniature. Gardez à l'esprit que toutes les fonctionalités que vous souhaitez rajouter sont des détails supplémentaires souvent assez fins et qui peuvent fragiliser la machine dans certains cas. Vous devez trouvez le compromis entre fonctionalité et vos capacités à concevoir ces fonctionalités.

 

5. La rareté du modèle:

La rareté du modèle est une arme a double tranchant. Vous voulez un modèle unique dans votre collection? Choisissez un modèle rare comme par exemple la faucheuse automotrice Grasant 260H de chez Deutz-Fahr. Vous serez probablement un des seuls sur cette terre à en avoir une sur votre étagère mais un problème se pose alors: puisque ce modèle est rare, il est aussi beaucoup plus difficile de trouvez des informations nécessaires à la conception de la miniature (brochures, photos,..). Saurez vous vous débrouillez avec les maigres informations que l'on peut trouver à gauche ou à droite?

 

6. La popularité du modèle:

C'est un peu un facteur facultatif mais qui à son importance dans certains cas. Vous choisissez de reproduire la dernière benne Joskin qui vien de sortir. Votre projet touche à sa fin et là bam, Ros Agritec dévoile ses nouveautés pour l'année à venir et vous l'apercevez là, la même benne qui vous à occupé ces dernières semaines en vente en grande série. Pour l'avoir vécu je peux vous affirmer que c'est très démotivant. Peut-être qu'a vos yeux c'est sans importance et que le principal c'est que la vôtre ça soit vous qui l'ayez faite! C'est tout à votre honneur et bravo pour ce bel esprit. Si en revanche, comme moi, vous souhaitez avoir la fiereté d'avoir un modèle "rare" estimez la probabilité qu'un jour il sorte en grande série (une Claas Dominator 108vx aura certainement plus de chance d'être mise sur le marché qu'une récolteuse de poirreaux Asalift).

 

7. Le réalisme du modèle:

Vous souhaitez réaliser un modèle réel ou imaginaire? Dans ce dernier cas, vous avez la belle vie puisque vous avez carte blanche pour faire ce que vous voulez, cohérant ou non ! Laissez libre court à votre imagination.

 

Ca y est, vous avez sélectionné LE modèle qui vous fait envie et que vous être en mesure de réaliser?

On passe à la suite alors!

 

 

Les matières premières

Le choix de la matière va être un facteur non négligeable pour prévoir la conception de votre miniature. De ce choix de matière va dépendre la facon de couper, assembler, plier,...

Il y a 3 grandes familles de matériaux de base couramment rencontré: Les métaux, les bois et les plastiques; bien entendu il n'est pas rare de faire des combinaison avec ces 3 familles. On retrouvera par exemple une reproduction en plastiques avec des gardes corps en fer et une masse en bois,... Je ne déveloperais pas ici l'impression 3d polymère, c'est une technique très précise mais un peu onéreuse et personellement je trouve que ça enlève tout l'intérêt à la fabrication (il faut juste savoir modèliser sur PC).

 

Les miniatures à base de bois:

Le bois on peut le trouver partout, avec un minimum d'outil on peut le travailler assez facilement. On arrivera par contre difficilement à faire des détails précis dans le bois, il sera également difficile d'avoir un fini de surface propre. Il peut par contre s'assembler facilement par collage et se peindre très aisément.

 

Les miniatures en fer:

Le fer c'est le plus solide, vous pourrez faire des détails extrêmement précis tout en conservant une solidité à toute épreuve. Il faut par contre être assez bien équipé car le travail du fer est un travail assez lourd. Les assemblages se feront de préférence à chaud (soudage/brasage). Il est très facile d'avoir un bel état de surface pour la peinture par contre votre miniature prendra vite du poids le fer étant très lourd.

 

Les miniatures base plastique:

C'est le plus recontré. Le plastique est un bon compromis entre légereté, facilité de mise en oeuvre et rigidité. Le plus connu est le styrène, il peut se couper au cutter très précisément, s'assembler à la super glue. Il se ponce, se cintre à chaud, à froid et se peint très facilement. Il est par contre un peu plus difficile à trouver, il faut s'adresser en magasin spécialisé. Des petits profilés prévus pour le modélisme existent en de nombreuses variantes ce qui simplifiera votre travail.

 

Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise technique; j'ai vu de très belles chose en bois, en fer comme en plastique. Vous devez choisir au cas par cas en fonction de vos capacités à travailler telle ou telle matière.

 

Rapelez vous que le but c'est le résultat visuel final, vous pensez faire une ensileuse Mengele en plâtre? Pourquoi pas, lancer vous!

 

De mon coté, vous avez pu l'apercevoir, j'utilise principalement le styrène avec les accessoires qui l'exigent en métal. Je vais donc développer ici principalement les fabrications majoritairement en plastique.

 

L'outillage

N'imaginez pas qu'il vous faille une panoplie d'outil digne d'un dieseliste de chez Deutz-Fahr. Bien sûr il existe bon nombre d'outils qui facilitent telle ou telle opération mais déja avec quelques outils de base il y a moyen de faire de belles choses.

 

Les outils indispensables de 1er plan:

- Un cutter pour la découpe du styrène.

- Un règlet pour le tracé des pièces.

- Un crayon ou porte mine.

- De la glue pour l'assemblage.

- Une petite lime ou papier verré pour ébavurer les découpes.

 

Les outils pratiques de second plan:

- Un compas en cas de formes arrondies.

- Une pince à onglet ou massicot pour les petites découpes.

- Une source de chaleur pour le cintrage des plastiques.

- Du mastic de rebouchage pour les finitions avant peinture.

- Un set de petits forêts pour le percage avec un mandrin à main.

 

Encore une fois c'est à vous d'estimer si tel ou tel outil vous sers, si vous avez plus facile avec telle ou telle technique. Faites des tests et créez votre propre petit coin atelier.

 

Réunir toutes les infos

Vous savez ce que vous voulez fabriquer, vous avez la matière première et l'outillage, il est maintenant temps d'analyser comment commencer.

 

Réunissez un maximum de documents pouvant vous aider (photos, plans, brochures, vidéos éventuellement,...). Un plus est de pouvoir aller mesurer une machine en taille réelle mais ce n'est pas toujours possible.

Une bonne technique est de trouver une photo de la machine que vous souhaitez reproduire ou on la voit bien perpendiculairement  au sens de la photo. Imprimez cette photo et esayer de repérer une cote pour faire le lien entre modèle réel et photo. Par exemple j'ai une photo de profil d'une Holmer Terra dos T3, sur la photo imprimée je mesure la longeur de la machine et je trouve 15cm. Or, selon la documentation Holmer, je sais que la machine fait 12.60m réellement (1260cm); ma photo est donc à l'échelle 15/1260 c'est à dire 1/84ème.

Pour déterminer n'importe quelle cote sur base de la photo il me suffit de la mesurer et de la multiplier par 84 afin d'obtenir la cote 1/1.

Si je veux reproduire cette machine au 1/32 il me faut encore diviser les cotes réelles par 32. Mais je peux simplifier ma formule pour trouver un coefficient qui me donnera directement la cote 1/32 en mesurant ma photo: 84/32=2.625.

Donc pour n'importe quelle cote de cette photo que je mesure il me suffit de la multiplier par 2.625 et j'obtiendrais direcement la mesure pour ma miniature.

Dans mon exemple la miniature fera donc 15 cm x 2.625 = 39.375 cm de longeur.

Attention que chaque photo aura un coefficient différent !

 

Dans certains cas, des éléments provenant d'autres miniatures peuvent être utiles. Par exemple une cabine Claas peut être adaptée sur de nombreuses machines, il est parfois plus simple d'en récupérer une que de devoir la fabriquer de A à Z. Pareil pour les roues, regardez bien quels pneumatiques vous sont nécessaires et procurez vous tout le matériel si possible avant de commencer.

 

 

La construction

Le moment est venu !

Je ne peux malheureusement pas vous donnez beaucoup de conseils ici car chaque cas est bien spécifique et il n'y a pas un mode d'emploi standard pour toute les miniatures.

Je peut tout de même vous donnez 2-3 petites astuces:

 

Commencez par le bon début:

Dans le cas de minatures avec des grand élément telles que moissonneuse, ensileuse,.... Commencez par ces grand éléments, toute la tôlerie d'une moissonneuse par exemple. Il est plus facile d'ajuster un chassis sous un tel ensemble que d'ajuster les capots au chassis. Par ailleurs si vous avez fait quelques erreurs de mesures sur les capots, il est plus facile de tricher sur le chassis qui lui se verra moins. C'est dans ce sens que j'ai fabriqué la Top Liner 4060 hts.

 

Faites des découpes les plus propres possibles:

Le styrene à tendance à se déformer sous la lame du cutter, pensez à ébavurer vos pièces car trop de ces déformations sera inhestétique, modifiera à thermes la géométrie de la miniature et rendra le collage difficile.

 

Foncez...

Un peu curieux comme conseil? Je veux dire par là de ne pas vous attaquez à trop de détails trop vite. Imaginons, vous construisez une moissonneuse et vous avez commencé le convoyeur. Il est très beau très détaillé et fonctionnel, un bijou d'orfèvrerie ! mais vous n'avez pas encore construit l'essieu avant. Au moment de le construire vous vous rendez compte que le convoyeur ne passe pas entre les roues avant, il est trop large! il faut le rétrécir ou pire le refaire.... Vous avez donc perdu du temps pour des détails qui vont devoir etre refait. C'est aussi un bon moyen de motivation, la miniature prendra plus vite forme et c'est motivant.

 

L'esthétique prime sur la réalité:

Vous réalisez une miniature beaucoup plus petite qu'un modèle réel, vous ferez des erreurs de mesure, de découpe,...  Veillez à ce que toutes ces erreurs restent discrètes. Imagions qu'avec tout ce que vous avez mesuré il ne reste que 5 mm de largeur pour l'échelle de votre New Holland Tx 66. Il vaut peut etre mieux grignoter des millimètre par ci par là quitte à avoir des cotes ne correspondant plus tout a fait à la réalité afin d'avoir une échelle plus large et ainsi rendre le défaut bien moins visible.

 

Oups, la peinture:

Soyez attentif à la future peinture! Il est plus facile de peindre des petites pièces démontées que de devoir faire trop de masquage. Prenons un capot bicolore, il sera peut être plus propre et plus facile de le faire en deux parties, une de chaque couleur. Avoir une machine démontable facilitera grandement la peinture mais complexifiera la conception. Il y a encore là un juste milieu à trouver.

 

Gardez l'équilibre:

Moi qui réalise principalement des récolteuses je suis régulièrement confronté à un problème: le basculement. Sur une ensileuse, par exemple, le capot moteur est un grand endroit vide, de ce fait le poids de la tête de récolte à souvent tendance à faire basculer la machine vers l'avant. C'est simple, lester la machine! Allez y doucement quand même car trop de poids pourrait poser d'autres problèmes plus loin (pensez que c'est du plastique qui soutien ce poids). Avec quoi lester? Mais alors là avec ce que vous voulez puisque ça sera totalement invisible.

 

Renforcer:

Une machine réelle faite d'acier n'a pas le même comportement qu'une miniature en plastique; si le bras d'une Euromaus est parfaitement d'aplomb sur la machine réelle, en plastique il pourrait fléchir à l'excès dû à son propre poids. C'est un casse tête qu'il faudra résoudre en mettant des renforts ou cela est possible, ou cela est discret. Rusez!

 

Zen, ce n'est pas une course:

Vous avez commencé votre projet et comme tout être humain vous vous réjouissez qu'il se termine. Je ne vous jette pas la pierre, je suis le même et c'est dans la nature de l'Homme mais prenez votre temps et allez à votre rythme. Votre rythme est de 1 réalisation par jour ou par an? Peut importe c'est le résultat qui compte et souvenez vous que vouloir aller trop vite c'est risquer de bacler le travail. Savez vous qu'il m'a fallu près d'un an pour la Ploeger? Bien sûr pas non stop, mais il y a des jours où ca ne voulait pas aller. Mieux vaut dans ce cas ne rien faire que de faire des bêtises.

 

La peinture

On y est, votre modèle est prêt à être peint. Et c'est la qu le résultat final va se dessiner.

 

Gardez à l'esprit que c'est l'étape la plus critique. Une peinture ratée peut gâcher un très beau modèle alors qu'une peinture réussie pourrait sublimer une réalisation mal finie. Vous l'aurez compris, c'est l'étape à ne pas rater !

Donc prudence, patience et rigeur sont de mise.

 

De quelle peinture avez vous besoin?

Il existe dans le commerce une multitude de marque et de coloris, vous pouvez tout a fait trouver la référence qui correspond le mieux à votre projet. Si vous êtes pointilleux vous pouvez également vous renseigner chez un revendeur de la marque de la réalisation que vous devez peindre car celui-ci vends plus que probablement de la peinture de la couleur exacte de ce dont vous avez besoin.

 

Quel type de peinture allez vous choisir?

Une peinture en pot à appliquer au pinceau ou en bombe? Vous disposez peut être d'un aérographe? Encore une fois il faut composer avec vos moyens techniques.

 

-La peinture au pinceau à comme avantage de ne pas en mettre partout, elle peut se faire tres proprement sur le coin d'un bureau mais prudence car les coups de pinceau se voient vite et la couche est souvent plus épaisse. Si vous optez pour ce type de peinture allez plutôt voir les produits spécialisés pour le modelisme, ils sont plus adaptés (Humbrol, Tamiya,...).

-La peinture à l'aérographe est le top du top mais demande un matériel spécifique parfois onéreux et demande un nettoyage de l'appareil apres chaque utilisation.

-Le meilleur compromis est la peinture en bombe aérosol. Les pièces ne devant pas être peintes totalement doivent être masquées et il faut bien protéger les alentours de l'espace de travail mais avec cette technique vous aurez un meilleur résulat qu'au pinceau sans passer par un aérographe. Pulvérisez des couches fines et régulières. Veillez également à travailler dans un espace bien ventilé et exempt de poussière.

 

 

Si vous avez bien conçu votre modèle, la peinture devrait être facile à réaliser. Disposez les pièces sur un support adéquat ou suspendez les selon les exigences. Par exemple une tôle devant uniquement être peinte d'un coté peut être simplement posée à plat sur un support tandis qu'un vérin devant être peint entirement pourra, lui, être suspendu.

Vous avez certainement quelques (voir beaucoup) d'axes et de vis qui, une fois démontés, deviendront difficiles à repérer. Identifiez les avec quelconque moyen (je pose les miens sur une grille numérotée, chaque numéro à une déscription pour savoir exactement d'où l'axe provient).

Vos pièces doivent être propre et exempte de poussières. L'idéal est d'apliquer d'abord un primer ou apprêt pour permettre à la peinture de mieux accrocher, c'est particulièrement vrai lors de la peinture des modèles plastiques avec de la peinture constructeur (cette peinture étant adaptée au métal plus qu'au plastique).

Laisser suffisemment de temps de séchage après le primer et entre les couches (une marque de doigt au beau milieu de votre John Deere ça ne sera pas terrible !).

Le nombre de couche à appliquer c'est vous qui en jugerer, il n'y a pas de rêgles (il m'est arrivé de faire un dizaine de couches sur certaines pièces).

Pulvérisez des couches fines et ne tenter pas de recouvrir tout d'un coup. Il vaut mieux mettre 4 fines couches de peinture que 2 grosses par exemple, respectez cela et vous devriez éviter au maximum les coulées et les couches trop épaisses qui tendraient à masquer les détails que vous vous êtes tant embêté à faire. 

Faites attention avec les peintures claires, après 2 couches il peut arriver qu'on voit encore des défauts transparence; On est alors tenté de remettre une bonne grosse couche... Erreur! Vous risquez les coulées de peinture. Continuez à appliquer autant de fines couches que nécessaire.

Même si votre machine est une bonne vielle New Holland 8060 où le jaune est plus que dominant, vous aurez besoin de différentes couleurs. Si vous avez opté pour une peinture de type aérosol (bombe ou aérographe) pour le jaune c'est peut être un peu exagéré d'également peindre le siège avec une bombe de peinture marron. Choisissez alors des petits pots de peinture pour tout ces petits détails qui ne justifieraient pas la mise en oeuvre de moyens plus conséquents.

 

Remontage et finitions

La fin se dessine et vous appercevez le bout du tunnel. Les pièces sont peintes et voici le moment de les ré-assembler.

 

Ici il n'y a pas vraiment de difficultés, pensez juste que la peinture peut reboucher certains passages d'axes qu'il faudra re-forer.

 

Une petite astuce également pour les pièces mobiles: la peinture aux endroits mobiles va empecher les pièces de bouger librement, une petite goute d'huile réglera ce probleme. Vous éviterez également que deux pièces restées immobile trop longtemps finissent pas se coller l'une à l'autre.

 

Autocollants

Elle est peinte, elle est remontée, elle est belle... mais elle n'a pas de marque?!?

 

Il vous reste les stickers à poser et la ç'est la dernière difficulté et pas des moindre!

 

L'utilisation de Photoshop ou autre logiciel similaire est un atout. Partez d'un logo d'internet, d'un scan, d'une photo ou de tout ce qui pourrait convenir. Isoler ce dont vous avez besoin et faites des essais tant pour la taille que pour le rendu. Il n'est pas rare que je fasse 15-20 essais afin de trouver ce qui me convient le mieux.

 

Si on schématise vous avez deux cas de figure: Le stickers plein et le stickers ajouré.

 

Les stickers plein:

C'est facile, c'est par exemple le logo Ploeger sur la tête de récolte.

P1060176  L'aucolant est bien défini, et surtout d'une couleur différente du support sur lequel il est posé. Ca veut dire que vous pouvez l'imprimer sur une feuille autoccolante et le poser directement. Le fait qu'il ne soit pas de la même couleur que le support implique qu'il n'y a pas de problèmes de raccord entre le support et le stickers (il aurait fallu imprimer le même jaune que la peinture, impossible!). Par ailleur le vert du logo n'est pas le même que le vert de la machine mais ca ne choque pas puisqu'ils ne sont pas en contact direct.

 

 

Le sticker ajouré:

C'est un de mes points faibles je ne vous le cache pas.

Gigant 400 77  Vous le voyez ici sur le mot "Gigant" ce sont chaque lettre qui se découpe sur la carosserie. Si on l'imprime comme le sickers "plein" il va falloir trouver un vert qui, une fois imprimé, sera identique au vert Deutz! Vous pouvez aussi décider de faire chaque lettre séparément, meilleure option mais extrêment difficile à gérer l'alignement, l'espacement et les découpes des lettres. Une autre technique encore est de peindre tout ce qui entoure les lettres avec la couleur de la carosserie directement. C'est ici ce que j'ai fait mais on eut encore distinguer les bords du stickers.

J'ai tenté l'impression sur du papier autocollant transparent mais ca se voit tout autant et la peinture de fond se voit à travers le logo. Cela ne fonctionne que pour les fonds blancs.

Pour être franc je n'ai pas encore testé les décalcomanies, je vais certainement devoir tenter le coup sur mon prochain projet.

 

Autres utilisations des stickers:

Vous pouvez également ruser pour créer des états de surface à l'aide d'autocolants; un imprimé de petits points noirs serrés l'un contre l'autre donnera un effet de grillage, un autocolant métal (ou carrémént de l'alu) fera la surfacr mirroir d'un rétroviseur,...

 

Conclusions

Et voilà c'est terminé.

 

Souvenez vous que c'est pour vous que vous avez travaillé !

 

Vous êtes content du résultat? Satisfait du rendu et fier d'y être arrivé. Félicitation et bravo c'est tout ce qui compte!

Vous êtes déçu? Pas satisfait? Vous avez acquis de l'expérience, ne vous découragez pas; chaque réalisation apporte son lot de nouveauté et vous perfectionnerez vos techniques au fil du temps, on à tous commencé au bas de l'échelle.

 

Merc d'avoir suivi ces petits conseils. Je vous rappelle que vous pouvez toujours me poser vos question via le formulaire de contact.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire